Le Labyrinthe : secrets de tournage

Vous aimez Le Labyrinthe ? Ce billet divulgue quelques anecdotes sur ce bestseller qui a inspiré en partie The Prison Experiment.

« Du court au long

Avec plusieurs courts-métrages à son actif, dont le très acclamé Ruin, où l’action se situe dans une ville futuriste submergée par la végétation, Wes Ball signe avec Le Labyrinthe son passage au format long : « C’était un univers dans lequel j’avais envie de m’immerger durant les années à venir », raconte le réalisateur.

Une dystopie de plus

Le Labyrinthe est adapté d’un roman de science-fiction écrit par James Dashner publié en 2009. Tout comme les célèbres Hunger Games et Divergente, le livre s’inscrit dans le genre dystopique, un registre très prisé par Hollywood, qui dépeint un univers fictif où toute chance de bonheur semble utopique, avec le plus souvent de jeunes personnages en guise de héros.

Qui pour incarner le héros?

Avant que le rôle de Thomas soit attribué à Dylan O’Brien (Teen Wolf, Les Stagiaires), ce sont les acteurs Brenton Thwaites et Connor Paolo qui étaient pressentis pour incarner ce personnage principal.
 

Casting 2.0

Le jeune Blake Cooper y est allé au culot en auditionnant d’une façon peu commune. Il a en effet contacté l’écrivain James Dashner et le réalisateur Wes Ball sur Twitter pour leur demander le rôle de Chuck.

Tournage

C’est dans la Louisiane américaine que les équipes du film ont posé leurs caméras pour le tournage. Quant aux scènes où les protagonistes se trouvent dans les bois, elles ont été tournées dans une ferme de St. Francisville à côté de Bâton-Rouge. Les enregistrements ont duré trois mois, entre mai et juillet de l’année 2013.

Roulez jeunesse !

La plupart des acteurs principaux jouant dans Le Labyrinthe sont issus de séries télévisées à succès : Game Of Thrones dans la saison 3 et 4 pour Thomas Brodie-Sangster qui interprète Newt. Skins pour Kaya Scodelario qui campe Teresa et Teen Wolf pour Dylan O’Brien, l’interprète du personnage principal, Thomas.

Un décor modulable

Le chef décorateur Marc Fisichella a dû, pour des raisons logistiques, faire appel à sa créativité pour construire le labyrinthe. La taille du décor étant trop importante, Fisichella optimisa l’espace du tournage en imaginant un système modulable avec plusieurs couloirs et intersections du dédale qui furent maquillés par la fausse végétation selon les besoins de l’histoire.

Aller plus haut !

Les murs immenses du labyrinthe font en réalité 4,80 mètres de haut, ni plus ni moins en raison des dimensions du studio où se trouvait le décor et pour laisser la place aux éclairages. C’est donc en postproduction que tout s’est joué avec l’équipe des effets visuels qui prolongea le mur de 30 mètres !

The Doors

L’équipe artistique a eu du fil à retordre durant la construction des portes du Labyrinthe. Marc Fisichella confie à ce propos : « Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette installation a constitué un véritable défi car nous l’avons construite au milieu de nulle part et dans des conditions auxquelles nous n’étions pas habitués« . Mesurant chacune 6 mètres de large sur 6 mètres de haut avec une ouverture de 6 mètres et, en bonus une mécanisation qui permettait l’ouverture comme la fermeture, les portes pesaient chacune plus de trois tonnes !

Invités surprises

Serpents venimeux, crotales et vipères cuivrées, insectes, moustiques, taons, etc. L’équipe du tournage comme les acteurs ont eu quelques difficultés avec nos amis les bêtes ! Pour éviter les morsures, un professionnel des reptiles a été appelé par la production et a dû les déplacer dans un autre lieu pour une durée de trois semaines.

A la dure !

Les jeunes comédiens ont préparé leur rôle à la dure ! Wes Ball leur fit en effet vivre une expérience inoubliable, en les envoyant en stage de survie. Le producteur Wyck Godfrey commente : « Je pense que cette expérience a permis aux acteurs de forger des liens semblables à ceux qui unissent les personnages du livre ». Un soir, alors qu’ils dormaient à la belle étoile, les futurs protagonistes du film furent surpris par un violent orage dont ils se souviendront… » (source Allocine).
 
J’espère que vous avez aimé ces anecdotes au sujet du Labyrinthe, source d’inspiration pour The Prison Experiment en ce qui concerne le mystère d’un lieu où les héros sont plongés en huis-clos et le bâtiment lui-même.
N’hésitez pas à liker, partager et nous dire ce que vous pensez de la série de James Dashner.
Résumé  : « Zone 51, désert du Nevada. Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles. Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle. Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d’abandon ? Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel. Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix. Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine. Son génie peut les sauver… ou les tuer. Jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre ? »
 

4 réflexions sur “Le Labyrinthe : secrets de tournage

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s