ACCUEIL

NOUVEAU ROMAN : THE PRISON EXPERIMENT T2

Publié le 28 juin 2019

Par l’auteur d’Aztèques : Harem, roman lauréat du Salon du Livre Paris 2017 par le jury Amazon KDP :

« Zone 51, désert du Nevada.
Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles.
Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle.
Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d’abandon ?
Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel.
Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix.
Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine.
Son génie peut les sauver… ou les tuer.
Jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre ? »

Extrait :
« Cette prison est un tel enchevêtrement de salles, de tunnels, de méandres tortueux et de voies sans issue, que personne, pas même son architecte, ne peut s’en échapper. Elle est bâtie de manière à ce que l’on se perde avant de retrouver la paroi extérieure. Il y a bien une porte de sortie, oui… mais elle est enfouie derrière tellement de murs, de parois, de végétation, de peintures en trompe-l’œil et autres hologrammes, qu’il est impossible de la trouver. En outre, l’Œuvre n’est pas un simple bâtiment. C’est une entité organique. Un être vivant ! Une fraction de paroi découverte à un moment peut être dissimulée l’instant d’après… un tunnel creusé peut être rebouché… un trou peut s’ouvrir dans le sol… »

Extrait :
« Croire que l’on puisse échapper à l’Œuvre au moyen d’une carte relève de l’illusion. C’est sous-estimer le génie de l’architecte, qui a pensé à tout pour sécuriser les lieux, pour noyer les détenus dans son univers et les empêcher d’en sortir. C’est sous-estimer la non-linéarité de l’agencement des salles, et leur irrégularité. C’est sous-estimer les couloirs qui se perdent comme les méandres d’une rivière capricieuse ! Les escaliers qui tantôt montent et tantôt descendent – pouvant donner l’impression du contraire – dans le seul but de perdre celui qui les descend ou les gravit ! Les chausse-trappes, failles, anfractuosités et autres toboggans naturels qui soumettent les visiteurs à la folie lancinante du créateur ! Enfin, c’est sous-estimer les salles elles-mêmes, dont la disposition spatiale aléatoire peut faire perdre tout repère de gauche et de droite, de haut et de bas. Les salles, dont les hologrammes, les revêtements, formes, peintures et sculptures donnent vie à un paysage dès qu’on l’observe en se déplaçant ! Un paysage pouvant s’avérer inhospitalier, sévère, rude, dangereux ou étrangement paisible… sans oublier les jeux de lumière, les ouvertures étroites, indétectables qui existent en divers points savamment choisis permettant de créer des illusions de mouvement ou de vent qui vont exciter l’imagination des détenus et les enfermer à jamais dans leurs propres rêves, dans leurs cauchemars les plus fous ! »

Chroniques :
— Les petits détails de Jess : « J’ai été subjuguée, à nouveau, par l’écriture de l’auteur qui nous tient en haleine jusqu’au dernier chapitre de part la fluidité de sa plume. »
— Chabouquine : « C’est un second coup de cœur pour la série, grâce à une suite des plus parfaite, dans une continuité qui frise la perfection. Ce second volume est rempli, d’action, de tension, d’angoisse, de révélation et d’une multitude d’autre chose, qui rendent ce roman que plus prenant. Si vous hésitiez à lire ce second volume, n’hésitez plus et foncer. Vous passerez un moment des plus fantastique. »
— Claire Marquez : « Cette nouvelle histoire est tout à la fois, un roman d’aventures avec une héroïne irrésistible à la Lara Croft, un documentaire sur la faune et la flore mondiale, et grâce à l’ingénieuse idée de glisser chapitre après chapitre, le journal d’un prisonnier, un regard terrible sur notre société et la place qu’elle accorde aux détenus et à leur sort. Que se passe-t-il dans le secret de nos prisons, et quels sont les programmes expérimentaux en cours pour gagner des fonds et gérer la surpopulation carcérale ? »

Plonger au cœur de l’Œuvre