The Prison Experiment : chronique de Alohomorabooks

 » Avec sa couverture fascinante et une histoire extrêmement intrigante, Eric Costa signe un superbe thriller, difficile à reposer le soir.

J’ai accroché dés le début et je l’ai clairement dévoré, sans remord. L’histoire est très bien écrite et les scènes tellement bien écrites que nous pouvons sans problème nous imaginer les paysages, les bâtiments, les personnages, …

Ce livre plaira, je pense, aux amateurs de la série The 100 et à ceux qui aiment ce style de roman. Ce roman doit absolument être lu par beaucoup de personne car il a un réel potentiel, et une adaptation en film me plairait énormément.

Le petit plus de ce livre est la galerie des personnages à la fin du livre qui permet si nous avons un petit doute sur qui est qui, de remettre un nom sur une fonction et un groupe de personnage.

Chaque chapitre alterne avec les personnages et nous laisse du suspense entre chaque chapitre, cela est intrigant et c’est comme ça que nous finissons ce livre sans réellement nous en rendre compte.

Si vous voulez en savoir plus sur l’Œuvre, cette prison énigmatique, je vous laisse lire une œuvre pleine de génie.

20/20. « 

Un grand merci à Alohomorabooks pour cette chronique. Si tout va bien, le T2, qui devrait clôturer cette histoire, sortira en avril 2019.

 

Résumé :
« Zone 51, désert du Nevada.
Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles.
Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle.
Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d’abandon ?
Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel.
Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix.
Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine.
Son génie peut les sauver… ou les tuer.
Jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre ? »

PLONGER AU CŒUR DE L’ŒUVRE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s