The Prison Experiment : chronique de Livrement Ka

 » Sur l’auteur et son univers 

 

Eric Costa a fait des études de dramaturgie et de narratologie pendant trois ans.

Aztèques T1 : Harem (2017), son premier roman, a été récompensé par le prix du Jury Amazon KDP au salon du livre de Paris 2017.
S’est ensuivi Aztèques T2 : La Voie du Papillon, puis Aztèques T3 : La Croisée des Mondes (2018).

Il se consacre ensuite à un thriller en deux tomes intitulé The Prison Experiment, dont le premier volet est sorti fin 2018 et le second paraîtra avant l’été 2019.

Site internet : https://costaeric.fr/
Facebook : https://www.facebook.com/CostaEric2/
Instagram : https://www.instagram.com/ericcosta33/
Twitter : https://twitter.com/costaeric2
AVIS

Un grand merci à Eric Costa pour m’avoir adressé son livre par l’intermédiaire du site Simplementpro afin d’en réaliser une chronique.

 

Début du livre

J-7

Le commando progresse en silence dans la nuit.

Leurs silhouettes sombres et massives tranchent sur la forêt d’étoiles qui les surplombe.

 

Alors pour tout vous dire, le style pavé du livre m’a tout d’abord effrayée. Car je lis toujours les livres jusqu’au bout même si je n’accroche pas.

Alors s’agissant d’un auteur que je ne connais pas, d’un genre que j’affectionne peu (la science fiction) et le nombre de pages, je peux vous dire que j’ai pris sur moi.

Mais j’ai été agréablement surprise.

Alors au début du livre j’étais un peu perdue. Entre la progression des « mercenaires, et les passages parallèles des deux autres personnages, j’avais du mal à m’y retrouver. Mais petit à petit j’ai pris mes marques et j’ai adoré suivre le destin de tous ces personnages dans cette prison hors du commun et aux alentours.

Grace aux descriptions, on se sent au sein de l’équipe à progresser dans ce labyrinthe à la recherche de quoi de qui ??? Dédale c’est tout ce que l’on sait.

Puis un affrontement et certains se retrouvent dans l’enceinte de la prison, sous forme de dôme et d’autres se retrouvent dehors mais totalement isolés néanmoins.

L’équipe a 7 jours pour remplir sa mission. Tous les membres de cette équipe ont été choisis en fonction des particularités et surtout de leurs compétences dans certains domaines. Une seule femme.

Et la mission débute quand ??? quasiment de suite : mais personne ne renonce à ce départ.

Je ne peux pas en dire beaucoup plus sous peine de dévoiler l’intrigue. Mais sachez qu’une fois commencé ce livre vous aurez du mal à le lâcher. On est pris dans le rythme, on avance avec les mercenaires le souffle court.
Le style de l’auteur

Une écriture prenante, qui va s’enchaîner au rythme des évènements.

Imaginez avancer dans un lieu gigantesque, peuplé de nombreuses salles à la manière d’un labyrinthe en craignant à chaque recoin une mauvaise rencontre !!!
Le décor

Une prison construire au sein d’un dôme immense à la manière d’une ville. Inaccessible en principe, surveillée et surtout sécurisée avec des technique à la pointe de la technologie.

 

Le genre

Un thriller psychologique, mêlant aventure et science fiction.
La forme de l histoire
De nombreux chapitres permettant à l’auteur de passer d’un personnage à l’autre et surtout d’un endroit à l’autre.

Une lecture agréable avec un texte suffisamment aéré et une écriture fluide.

Conclusion : 

Pour les amateurs du genre, ce ne peut être qu’un régal. Pour les autres, une belle découverte.

Je vous le conseille.

« 

Un grand merci à Karine, de Livrement Kapour cette superbe chronique. Si tout va bien, le T2 sortira en juin 2019.

 

Résumé :
« Zone 51, désert du Nevada.
Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles.
Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle.
Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d’abandon ?
Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel.
Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix.
Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine.
Son génie peut les sauver… ou les tuer.
Jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre ? »

PLONGER AU CŒUR DE L’ŒUVRE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s