The Prison Experiment : chronique de Sihtamenamor

« « L’Œuvre » est une prison expérimentale, mise en place par la CIA, un dôme immense autogéré par une intelligence artificielle dans une zone militaire interdite d’accès aux civils. A l’intérieur, un agencement de salles labyrinthiques reconstituant toutes sortes de paysages, des animaux et environ 5300 prisonniers cobayes. Sans oublier des soldats et des civils qui y ont été envoyés dans le but d’une mission pour arrêter l’expérimentation qui commençait à mal tourner. Depuis le début de l’expérience, 7 ans se sont écoulés et tous ont été oubliés. Le projet stoppé.
7 ans que l’œuvre est surveillée par une agence dont le personnel a pour ordre d’abattre tout individu qui s’approcherait du dôme ou qui pourrait en sortir car on lui a dit que ce dôme recouvrait des substances hautement radioactives.
12 mercenaires, 11 hommes et 1 femme, sont contactés par un commanditaire mystérieux pour pénétrer dans l’œuvre afin d’aller y récupérer l’architecte à l’origine de ce bâtiment diabolique.
Inutile de dire qu’ils ne sont pas au bout de leurs surprises…


***


Un roman qui dépote !! Evidemment il faut aimer ce genre d’histoire qui ferait un film parfaitement hollywoodien rempli d’action, d’aventure, de méchants, de gentils, de mystère…
Je ne lis pas souvent des bouquins de ce type et en toute honnêteté j’ai vraiment bien aimé celui-ci. J’ai « vibré » avec les mercenaires survivants (ben oui forcément on se doute bien dès le départ qu’ils ne vont pas tous en réchapper…) même s‘il n’est pas évident du tout d’imaginer la configuration du labyrinthe avec toutes ses salles, ses issues cachées ou pas…
Pas simple non plus au début du livre de se faire au grand nombre de personnages, il m’a fallu un petit moment avant de tous bien les « imprimer ».
En effet, en dehors des personnages secondaires, on va suivre au cours de ce récit plusieurs personnages principaux :

*Elena, une des 12 mercenaires. Elle fait partie de l’équipe pour ses compétences en cyber sécurité. Le dôme étant contrôlé par une intelligence artificielle elle est celle qui pourra sans doute sauver ceux qui s’en seront sortis indemnes.

*Jackson Redback, un militaire abandonné dans l’œuvre.

*Agellos Epstein, qui se trouve au bon moment au bon endroit car il parvient à sortir du dôme au moment où les 12 mercenaires y pénètrent.

*Robert Delaunay, employé de la société de surveillance. Il est le seul à avoir vu sortir Agellos mais au risque de sa vie, il trafique les caméras pour que personne n’en sache rien. Il veut à tout prix le retrouver à titre personnel. On ne saura que plus tard pour quelle raison…

*Josh T. Arthar, à travers le journal qu’il a écrit sur sa détention. Journal qui est en possession d’Agellos.

Un bon suspens mais pas de chance, ce n’est qu’un 1er tome… ggrrrrr… Faudra attendre le n°2 pour avoir la clé des différentes aventures de chacun des personnages principaux.
Qui s’en sortira ? Qui agira de telle ou telle façon ? Pourquoi l’architecte de l’œuvre doit il être exfiltré du dôme ? A quelle fin ? J’avoue avoir hâte de connaitre la suite. J’espère qu’elle ne se fera pas trop attendre car le problème c’est qu’entre 2 volumes on oublie pas mal de choses… »

Un grand merci à Sihtamenamor, grande rédactrice d’avis Amazon, pour cette chronique. Si tout va bien, le T2, qui devrait clôturer cette histoire, sortira en mai 2019.

 

Résumé :
« Zone 51, désert du Nevada.
Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles.
Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle.
Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d’abandon ?
Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel.
Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix.
Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine.
Son génie peut les sauver… ou les tuer.
Jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre ? »

PLONGER AU CŒUR DE L’ŒUVRE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s