Secrets de tournage : Ghostbuster; SOS fantômes

Dans le cadre des recherches ayant trait au recueil de nouvelles fantastiques et étranges Réalités Invisibles, j’ai été amené à étudier de nombreux grands auteurs de fantastique, ainsi que des films.

Si je vous dit Peter Venkman, Raymond Stantz et Egon Spengler, ça vous dit quelque chose ?

Ces noms qui ont bercé notre enfance pour les trentenaires et quarantenaire actuels sont bien les chercheurs virés de leurs postes qui décident d’ouvrir une société d’investigations paranormales nommée SOS Fantômes (Ghostbusters).

ghost1.jpg

Rejoints par un quatrième membre, Winston Zeddemore, ils deviennent bientôt le seul espoir du monde face à Gozer, un dieu sumérien malveillant qui se téléporte dans notre monde grâce à un immeuble maléfique érigé par ses fidèles à Central Park West, dans la ville de New York.

Qu’est-ce qui met principalement en valeur le protagoniste ?
L’antagoniste.
Gozer
est le principal antagoniste du premier film. C’est le nom d’un dieu malveillant qui fut vénéré par les Hittites, les Mésopotamiens et les Sumériens vers 6000 avant J.C…
et, pour les besoins du film, plus tard, par l’architecte Ivo Shandor et ses adeptes, qui lui érigèrent l’immeuble du 55 Central Park West.

Gozer.jpg

Bon, j’ai fait des recherches, l’immeuble est de style Art Déco mais Ivo Shandor n’existe pas… dommage ! Toujours est-il que Gozer ressemble à s’y méprendre à David Bowie, ne trouvez-vous pas ? Un David Bowie capable de changer de forme (une par dimension) et est censée apporter l’apocalypse.

Ça fait froid dans le dos. Si on allait lire un peu histoire de se changer les idées ?

sos-fantomes-bibliotheque-morte.jpg

Vous voulez découvrir d’autres secrets sur Ghostbusters ? C’est par ici :

« Un premier appel au secours

La comédie fantastique S.O.S. Fantômes, réalisée en 1984, bénéficiera d’une suite cinq ans plus tard. S.O.S. Fantômes 2 réunira la même équipe : même casting, mêmes scénaristes et même réalisateur.

Changement de titre

A l’origine, le titre original de S.O.S. Fantômes ne devait pas être Ghostbusters, mais Ghostsmashers.

Des « ghostbusters » dans l’espace ?

L’idée de base de S.O.S. Fantômes est née de l’imagination de l’acteur Dan Aykroyd, l’un des héros du film. Le jeune Américain avait une ambition quelque peu folle, puisqu’à l’origine, ses chasseurs de l’espace devaient évoluer dans l’espace. Un concept jugé trop onéreux par la production. Avec son complice Harold Ramis, également l’une des vedettes du film, il retoucha le scénario et inscrit l’action à New York. S.O.S. Fantômes était né.

L’ombre des Blues Brothers…

A l’origine, Dan Aykroyd aurait du combattre les fantômes en compagnie de John Belushi, son illustre compère des Blues Brothers. Mais le décès tragique de ce dernier empêcha cette réunion. C’est finalement Bill Murray qui incarne le chasseur d’ectoplasmes Peter Venkman, accompagné des deux scénaristes du film, Dan Aykroyd, auteur de l’idée d’origine, et Harold Ramis.

Séries dérivées et jeux vidéo

Le film S.O.S. Fantômes a bénéficié d’une suite sur grand écran, mais son énorme succès public a également donné lieu à deux séries animées, S.O.S. Fantômes (1986) et Extreme Ghostbusters (1997). A noter également la parution de plusieurs jeux vidéos adaptés du film, et même d’un jeu de société intitulé Real Ghostbusters Game (1984).

« GHOST-BUSTERS ! »

Même ceux qui n’ont jamais vu le film connaissent forcément la chanson phare de la bande-originale de S.O.S. Fantômes, sa mélodie culte et son refrain entêtant. Intitulé « Ghostbusters », le morceau, écrit et interprété par Ray Parker Jr., pointa au sommet des ventes de singles durant trois semaines aux Etats-Unis. A noter qu’Ivan Reitman, le réalisateur de S.O.S. Fantômes, a lui-même signé le clip de la chanson.

Eddie Murphy y était presque…

Le rôle de Winston Zeddemore, joué par Ernie Hudson, fut initialement écrit pour un certain… Eddie Murphy. Mais celui-ci déclina la proposition, préférant signer pour le rôle principal du Flic de Beverly Hills.

La condition de Bill Murray

L’acteur Bill Murray accepta de s’engager au casting de S.O.S. Fantômes à une seule condition : que le studio Columbia finance un remake du long métrage Le Fil du rasoir(1946) et qu’il en tienne la vedette. Son souhait fut exaucé, Le Fil du rasoir emmené par Bill Murray sortant en salles dans la foulée de S.O.S. Fantômes.

Une promotion à succès

La promotion du film remporta un succès fou, laissant augurer de celui rencontré en salles quelques semaines plus tard. Ainsi, l’une des bandes annonces de S.O.S. Fantômes mit en avant un numéro de téléphone qui, si le public le composait, proposait un message pré-enregistré de Bill Murray et Dan Aykroyd. Le numéro fut appellé quasi non-stop par des milliers de personnes durant un mois et demi, signe d’une véritable curiosité du public autour du projet.

Une comédie six ans au sommet

Avec plus de 238 millions de dollars de recettes pour son exploitation en salles aux Etats-Unis, S.O.S. Fantômes fut un temps la comédie la plus rentable de l’histoire outre-atlantique. Jusqu’à la sortie, six ans plus tard, de Maman, j’ai raté l’avion, qui cumula 285 millions de billets verts.

Deux nominations aux Oscars

S.O.S. Fantômes a reçu deux nominations aux Oscars 1985 : l’un pour ses effets visuels, l’autre pour sa musique. »
Merci au site Allociné pour toutes ces informations !

 

Le registre du fantastique m’intéresse beaucoup, notamment quand il s’agit pour un héros de lutter contre un fantôme dont les forces le dépassent. Je présente une déclinaison de cette idée dans ma nouvelle Le Refuge, où Alzius doit faire face à rien moins que… Cèrbère, le gardien des Enfers.
Vous trouverez cette nouvelle dans le recueil Réalités In
visibles.

— Par l’auteur d’Aztèques : Harem, roman lauréat du Salon du Livre Paris 2017 par le jury Amazon KDP —

Laissez-vous happer par l’étrange, l’occulte et l’insolite le temps de six nouvelles fantastiques :
Suivez Marion lorsqu’elle découvre une mystérieuse chenille bleue.
Explorez un manoir dont les murs semblent changer de place.
Accompagnez Alzius dans une forêt peuplée de voix étranges.
Voyagez toute une nuit dans les souvenirs d’Alex…

Extraits :
« Sur la table, la chenille rampait en engloutissant les miettes. Lorsqu’il n’y en eut plus une seule, elle escalada un paquet de gâteau.
— Ne mange pas ça, objecta Marion en s’apercevant qu’elle dévorait peu à peu l’emballage plastique. »

N’hésitez pas à liker, commenter et partager cet article pour me dire ce que vous pensez de l’Œuvre de Franz Kafka.
Pour les plus curieux d’entre vous, voici le Lien vers l’article du Salon Littéraire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s