The Prison Experiment : chronique d’Une Page de Paradis

« Je pense qu’à présent, vous connaissez mon amour pour la saga Aztèques d’Eric Costa. Alors quand il m’a contacté pour me dire qu’il venait de terminer son nouveau roman, je n’ai pas hésité et j’ai accepté de le lire ! Et c’est sans surprise que j’ai adoré ce nouveau roman ! Je n’ai été déçue qu’à la vue du mot fin sur la dernière page. Et puis, la couverture est simplement sublime !!

LES PLUS :

– Histoire originale et addictive

– Rebondissements en grand nombre

– Intrigue très bien menée et entrainante

– Plume de l’auteur toujours aussi plaisante

– Personnages très bien travaillés, intéressants et attachants

LES MOINS :

– La fin de ce premier tome arrive bien trop vite ! (Comment ça, ce n’est pas un vrai point négatif ?)

Une histoire originale et addictive

L’histoire commence aux abords de l’Oeuvre, prison expérimentale abandonnée au sein de la zone 51 depuis plusieurs années. Personne ne sait ce qu’il se passe à l’intérieur, ni si les prisonniers sont encore en vie, ni ce qu’il s’y passe. Un commando composé de douze hommes et une femme ont été engagé pour y pénétrer et ramener l’architecte du bâtiment, pour en connaitre enfin les secrets. Mais ils vont rapidement être confrontés à ce que l’homme peut devenir lorsqu’il est livré à lui-même et qu’il doit survivre en milieu hostile. Elena et ses compagnons vont-ils découvrir ce qu’il se passe au sein de l’œuvre ? Vont-ils retrouver Dédale l’architecte et sortir sains et saufs ?

Lire le résumé m’a déjà donné très envie ! Mais en lisant les premiers pages, ce fût le coup de cœur direct ! On commence directement dans l’action, et dès la première quarantaine de page ont est complétement entrainé dans l’histoire et dans ce bâtiment complexe. L’action et les rebondissements commencent très vite, et on devient très vite accro ! J’ai eu du mal à m’arrêter tout au long du roman, happé par l’histoire, et curieuse de découvrir ce qui allait se passer (surtout que je pensais au départ que ce serait un one-shot).

 

Une intrigue très bien menée

Comme je le disais juste au-dessus, on est vite confronté à beaucoup d’action et à des rebondissements assez importants. Mais dans ce premier tome, nous effleurons simplement ce qui semble être la partie émergée de l’iceberg, où la premier partie d’un puzzle dont on récupère et assemble les pièces petit à petit au cours du roman. Même si la mission principale reste le fils conducteur de l’histoire, les évènements auxquels les personnages vont être confrontés va modifier leur comportement, pour notre plus grand bonheur, et ajouter d’autres enjeux à l’intrigue, ce qui la rend bien plus complexe et pour laquelle on se pose encore plus de questions !

Du fait des nombreuses scènes d’action, on a assez peu de passages plus lents, ce qui donne un rythme très rapide à l’histoire. Mais rassurez-vous, l’auteur nous a donné les moyens de pouvoir respirer un peu 😉. Nous suivons, en dehors du commando dans lequel Elena est une hackeuse hors pair, nous suivons également deux autres personnages dont je ne vous dis rien pour ne pas gâcher la surprise. Mais l’alternance entre les personnages permet de souffler un peu entre les diverses actions, mais nous permet d’en apprendre énormément sur l’Oeuvre. De plus, l’auteur joue parfois sur cette alternance de chapitre pour nous laisser à la fin d’un chapitre avec un passage hyper tendu, dont nous découvrons le dénouement que plusieurs chapitres plus tard ! C’est frustrant et génial à la fois !

Des personnages étonnants, très travaillés et attachants

Je trouve qu’Eric a très bien travaillé ses personnages. On les découvre petit à petit au fil du roman, à travers quelques flashbacks, mais aussi à travers les épreuves qu’ils subissent dans l’Oeuvre. La plupart évolue très vite et de façon assez étonnante. Bien que la plupart des personnages soient assez sombre (après tout, ce sont pour la plupart, des prisonniers, des mercenaires ou des militaires), il y a tout de même quelques personnages qui apportent une petite pointe de légèreté et d’humour (Aaron je t’adore ❤).

Bien évidemment, si vous vous attendez à une parité dans les personnages, autant vous le dire toute de suite, il n’y a qu’une femme dans ce roman. Mais elle est très bien travaillée ! Et je vous arrête tout de suite, il ne s’agit pas d’un personnage féminin bodybuildé, insensible à la douleur, baroudeuse avec des grenades attachées tout autour de la ceinture ! Non, elle a ses forces et ses faiblesses, ce qui en fait un personnage très attachant auquel il est assez facile de s’identifier. Bravo pour ce personnage !

Un univers malsain, glauque, non sans rappeler la série Lost ou la saga Nil.

Pour les amoureux d’univers emplis de paysages, de créatures dont la moindre piqure peut être mortelle, et où même le soleil est votre ennemi, je ne peux que vous conseiller ce roman ! On est dans un univers bien particulier, un très grand mi-clos dans lequel tout peut arriver. Je ne vous en dis pas plus pour vous laissez la surprise, mais je peux vous dire que certains passages m’ont fait froid dans le dos !

En bref, un nouveau coup de cœur !

Après être arrivé jusque là de cette chronique, vous ne serez sans doute pas étonnés si je vous dis que ce roman a été un véritable coup de cœur ! Une fois de plus, je suis tombée amoureuse de la plume de l’auteur, de l’histoire, de l’intrigue et des personnages ! J’ai vraiment eu la sensation d’être dans l’Oeuvre, et j’ai ri, pleuré et eu peur en même temps que tous les personnages ! J’ai eu envie de mettre des baffes à Basileus (désolée !) et embrasser Lombardi ! Bref, je me suis totalement plongée dans l’histoire et j’ai adoré suivre les aventures des différents personnages, même si certains passages font froid dans le dos ! Je ne peut que vous recommander cette lecture 😉.

J’espère que cette chronique vous a plu. N’hésitez pas à me dire en commentaire si vous avez lu ce roman, ce que vous en avez pensé, ou s’il vous tente. En attendant de vous lire, je vous souhaite de bonnes et douces lectures. »

Un grand merci à Lætitia du site Une Page de Paradis pour cette chronique !

Résumé :
« Zone 51, désert du Nevada.
Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles.
Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle.
Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d’abandon ?
Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel.
Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix.
Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine.
Son génie peut les sauver… ou les tuer.
Jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre ? »

PLONGER AU CŒUR DE L’ŒUVRE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s