À l’ombre du monde : chronique de Gourmandises Littéraires

« Il semblerait qu’Eric Costa, fort de l’impact de ses œuvres, ait décidé d’élargir son portfolio en imaginant ses projets les plus récents en binôme. Cette année, après avoir bluffé ses lecteurs avec A qui pensez-vous quand vous faites l’amour ? par son contexte dérisoire – co-écrit avec Loranek Nikdo –, il revient ce 11 décembre 2020 avec un roman toujours plus surprenant ! Concrètement, on parle d’un scénario inspiré de faits réels et dangereux, représentatifs d’enjeux tabous esquivés par les organisations gouvernementales. Avec le même rythme haletant qu’on retrouve dans The Prison Experiment et une bonne dose de pression psychologique, Eric Costa livre un premier opus glaçant, un véritable thriller sur fonds de recherches appuyées.

*    *    *

La mise en contexte est brutale. Ariane, mère de famille, est en vacances aves ses proches à l’étranger, loin de tout, enfermée dans une bulle éclatante de bien-être. D’un côté, la magie d’un bout de plage isolé peuplé par les dauphins et noyé d’une eau claire et salée alimente la sérénité du moment. De l’autre, la grisaille d’une tempête annonciatrice et fatale vous fait perdre pied. Une pression à la fois atmosphérique et émotionnelle se presse farouchement contre l’ambiance magique de ce rêve d’été, submergeant le lecteur aussi rapidement qu’Ariane ne l’est elle-même, perdue dans les méandres d’une situation qu’elle ne contrôle plus.
La montée en tension est insoutenable, appuyée par une rédaction hachée et sûre d’elle, incisive. Eric et Raquel maitrisent à la perfection l’art des champs lexicaux et pour le coup, le tour est bien joué car il suffira d’à peine une pincée de pages pour qu’à votre tour vous soyez noyé dans cet océan sans fin.

« Comment sortir de ce cauchemar éveillé ? »

Que feriez-vous si au retour d’une simple brasse en mer votre famille avait disparu sans laisser de trace ? Si où que vous regardiez tout indique que les sept dernières années de votre vie n’ont jamais été ? Si même les documents administratifs et vos amis de toujours prouvaient que votre mariage n’est que pure invention ?
A l’ombre du monde, c’est surtout accepter une perte totale du contrôle de sa vie, de son existence, mais aussi de ses certitudes et de sa cohérence. Toute perception est altérée par ce récit hors du commun aux innombrables émotions. Eric et sa compagne ne laissent aucune le choix à leur lecteur et l’embarquent dans une réalité invraisemblable.

– – –

Il y a deux axes propres au cadre du récit.

Le premier oppose le pragmatisme d’Ariane à la réalité des faits. Rigoureuse de nature et surtout habituée à ne récolter que le fruit de son labeur, la perte totale de ses repères occasionne en elle la disparition de ce en quoi elle a toujours cru.

« Seuls le travail et la volonté peuvent réaliser un souhait. »

La férocité avec laquelle elle tente de s’adapter est d’autant plus remarquable qu’elle est seule contre tous, discréditée par ses opposants (ou par elle-même ?) malgré elle, malgré ses perpétuelles remises en question.
Cette mère d’une adorable jeune fille ne possède plus rien d’autre que son instinct pour aller de l’avant. Réduite à ne disposer que de son propre soutient, Ariane pense à sa famille : comment les retrouver ? Parce qu’elle y croit vraiment – en ses souvenirs, en ce qu’elle a vécu, en la force de ses émotions et sentiments –, la voilà mue par une détermination inébranlable qui stimule de plus en plus son aversion envers ceux qui lui ont tout retiré.

Doucement, et c’est le second axe, la pente mène vers la très fameuse théorie du complot quoique l’idée semble un tant soit peu foireuse : Ariane y gagnera-t-elle vraiment à se convaincre d’un coupable sans preuve ? Pour quelle raison aurait-elle seulement été visée en plein milieu de la masse sociétale, elle qui n’a ni antécédents ni secrets ? A sa place, serions-nous plus enclins à croire un diagnostique médical ou une machination à grande échelle complètement dingue ?

– – –

L’intrigue est d’un suspense terrible et se voit sans cesse justifiée par de nombreuses descriptions informatives pour autant maîtres dans l’art de vous plonger dans l’environnement direct de la narration. Elle délivre un message sous-jacent puissant, inspiré de faits réels dont la base est véritablement solide. Les sources sont « réelles et authentiques », et témoignent d’enjeux oubliés par les organisations gouvernementales depuis des lustres. La frontière entre la réalité et la fiction se fait de plus en plus ténue tandis que les preuves s’accumulent. Que croire finalement ?
Ariane a 33 ans, l’âge du Christ. Forcée de démêler son propre fil, son existence même n’est-elle pas une puissante image de la liaison qu’entretient l’Eglise avec les pratiques de cette organisation secrète en Grèce ?

A l’ombre du monde aborde la problématique du règne indéniable de l’Eglise ainsi que l’activité à profusion des organisations secrètes au nez de tous… ignorées par les politiciens depuis toujours ; et parfois même soutenues ! Leur existence, leur niveau de pouvoir mais aussi les différences avec le crime organisé, voilà tout autant de sujets mentionnés au travers d’un thriller pour le moins réussi.
Le binôme d’auteurs a su alimenter son argumentation – car quelque part c’est bien de cela qu’il s’agit – par énormément de documentation historique intégrée avec grâce au récit, mais aussi grâce à des précisions de détails ajoutant au réalisme de l’ensemble. Un procédé qui n’est pas sans rappeler l’incroyable trilogie de Philippe Raxhon.

Eric semble toujours avoir eu ce goût pour le secret, en plus de prouver encore une fois sa passion pour la Grèce Antique. Les références qu’il mentionnent sont nombreuses, et ce dernier roman, en collaboration avec sa compagne, Raquel Ureña, est la preuve qu’il sait adapter son talent à toute situation, même en dehors de sa zone de confort.
Aujourd’hui, le binôme délivre un thriller aux dimensions historiques fortes. En abordant en plein jour des enjeux réels mais largement étouffés, ignorés ou oubliés, il conquiert à nouveau son public. A l’ombre du monde est un récit en deux opus, donc le premier, libéré le 11 décembre 2020, précèdera le second, prévu pour début 2021. »

Un grand merci aux Gourmandises Littéraires pour cette chronique !
Si vous voulez tenter l’aventure, cliquez sur la couverture en-dessous !

Que feriez-vous si votre vie entière avait été effacée ?

« Une île grecque, un peu avant minuit
Ariane, sa fille et son mari se retrouvent enfin seuls sur la plage féerique de Myrtos. Lorsque la jeune historienne sort de l’eau, et qu’elle cherche les siens en vain, elle croit d’abord à une mauvaise plaisanterie. Mais quand toutes les preuves attestent qu’elle a voyagé seule et n’a jamais eu ni enfant ni mari, il ne reste que deux explications possibles.
Soit elle a rêvé sa vie, soit on la lui a effacée.

À moins de trois cents kilomètres de là, un homme accède à la plus haute fonction d’une Confrérie occulte. Il va enfin pouvoir se venger… »

Si vous aimez les héroïnes qui s’ignorent, les thrillers internationaux, les mystères archéologiques et le parfum sulfureux des sociétés secrètes, ce livre est pour vous.

Commandez le premier livre du diptyque « À l’ombre du monde » aujourd’hui !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s