The Prison Experiment : chronique de Lecturevasiondotblog

 » Je remercie Eric Costa de m’avoir confié son service presse. En effet, la couverture m’a attirée et lorsque j’ai pris connaissance du résumé, mon choix était fait. J’avais hâte de commencer cette lecture.

Dès les premières pages, le décor est planté et le récit devient rapidement addictif. Même si les personnages sont assez nombreux, rapidement chacun trouve sa place. L’auteur nous transporte dans le désert du Nevada, dans un endroit nommé « zone 51 ».

Il s’agit d’une prison expérimentale dotée d’un système d’intelligence artificielle.  Ce dôme immense s’appelle : « L’Œuvre ». La CIA en a perdu le contrôle et personne ne sait ce que sont devenus les 5300 détenus enfermés là, il y a sept ans.

Un commando de douze membres est envoyé en mission. Ils savent que leur tâche sera périlleuse, mais ont-ils le choix ? Chaque individu aura un rôle bien défini. Ils devront coûte que coûte retrouver Dédale, l’architecte des lieux.

Une seule femme dans un monde d’homme… Elle a été recrutée pour son talent hors pair de hackeuse et devra s’imposer, afin d’être respectée par ses acolytes. Même si certains se montrent réticents, ils devront rester solidaires.

L’intrigue est très rythmée et  orchestrée d’une main de maître. Le récit est captivant, nous allons de rebondissements en rebondissement. Le suspense est omniprésent et le danger est partout ! Le doute et la peur s’immiscent dans tous les esprits. Chaque personnage est confronté à une réalité qui dépasse tout entendement.

Nos héros perdent leurs repères et sont soumis à rude épreuve. Parviendront-ils à accorder encore leur confiance ? Il n’y a aucune garantie. Pourtant, s’ils veulent survivre dans un climat aussi hostile, ils devront choisir… Leurs décisions auront de lourdes conséquences. Certaines leur permettront de survivre, mais d’autres seront susceptibles de les mener au fond du gouffre.

Nous ferons la connaissance de plusieurs factions qui ont vu le jour au fil du temps. Notre commando devra affronter les pires situations, revoir toutes leurs prévisions. Un seul mot d’ordre : retrouver Dédale et échapper à la mort qui rôde partout autour d’eux. Seront-ils assez organisés et perspicaces pour ne pas tomber dans les pièges terribles qui les attendent ?

Éric Costa nous offre un premier tome captivant qui nous tient en haleine. Son récit est grandement documenté. Il a dû effectuer de nombreuses recherches, car les informations fournies tout au long de la lecture sont d’une précision remarquable.

Je conseille ce roman aux amateurs de sensations fortes. Les frissons et les montées d’adrénaline sont garantis.  Il me tarde de connaître la suite de cette aventure captivante et d’avoir les réponses aux questions qui subsistent…

Merci pour ce beau moment d’évasion intense.

 

Extraits et citations :

« Ça veut dire que des gens sont au courant de l’existence de l’Œuvre. Et donc que la sécurité nationale est potentiellement menacée. »

 

« L’injustice lui donne soudain envie de pleurer. Mais… plutôt crever ! »

 

« La connaissance de l’environnement peut faire la différence entre un vivant et un mort. » »

 

Un grand merci à Patricia, de Lecturevasiondotblog, rencontrée grâce au site Simplement Pro. Si tout va bien, le T2, qui devrait clôturer cette histoire, sortira en avril-mai 2019.

 

Résumé :
« Zone 51, désert du Nevada.
Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles.
Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle.
Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d’abandon ?
Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel.
Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix.
Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine.
Son génie peut les sauver… ou les tuer.
Jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre ? »

PLONGER AU CŒUR DE L’ŒUVRE

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s