The Prison Experiment : chronique de Rebecca Greenberg

« Mon retour sur THE PRISON EXPERIMENT d’Eric Costa.

Par où commencer, pour vous parler de ce livre? Tellement de sentiments m’imprègnent…

Tout d’abord, je dois vous dire que ce fut l’occasion d’une excellente collaboration auteur/correctrice, et je suis fière d’avoir pu participer à l’élaboration de ce projet de grande envergure. J’en profite pour renouveler ici mes remerciements à Eric Costa pour la confiance qu’il m’a accordée. Merci également pour sa bonne humeur, son enthousiasme à toute épreuve, sa gentillesse, et l’énergie incroyable que dégagent ses écrits. Merci pour ces moments de pur bonheur que j’ai passés à lire et à travailler sur ce récit.

Pour en revenir au roman lui-même, je pourrais résumer en disant que je l’ai adoré et que je le classe assurément parmi mes gros coups de cœur de l’année 2018.
Pourquoi?

Déjà, pour le style d’écriture très visuel qui me correspond parfaitement et qui m’a littéralement transportée dès les premières pages. Je n’étais plus en train de lire, j’étais dans le désert du Névada, aux côtés d’Elena et des autres membres du commando, j’étais dans l’Oeuvre, en train de découvrir un univers fascinant, hallucinant, oppressant car empli de pièges et de mystères.

Ensuite, pour l’idée de base que j’ai trouvée absolument géniale. L’Oeuvre est un monde en soi, conçu avec une incroyable précision par l’auteur: rien n’est laissé au hasard, comme si chaque centimètre carré avait été étudié. L’architecte de génie, ce n’est pas Dédale… c’est bien Eric! 😄
Enfin, parce que ce livre me ressemble tellement – par le style, par le genre, par les thèmes abordés – qu’à plusieurs reprises, il m’est arrivé de regretter de ne pas l’avoir écrit… avec l’auteur!
Qui sait ? Peut-être qu’un jour…
(à bon entendeur 😉)

En tout cas, je vous préviens d’avance, j’ai rédigé et signé un contrat à vie comme correctrice attitrée et je l’ai forcé à apposer son propre sceau. 😇
Reb »

Un grand merci à Rebecca Greenberg (auteure du Fil d’Argent, aux éditions Terra Nova, et correctrice) pour cette chronique !

Résumé :
« Zone 51, désert du Nevada.
Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles.
Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle.
Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d’abandon ?
Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel.
Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix.
Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine.
Son génie peut les sauver… ou les tuer.
Jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre ? »

PLONGER AU CŒUR DE L’ŒUVRE

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s