Aztèques : La Croisée des Mondes : chronique des Pages qui tournent

Je remercie Saiwhisper des Pages qui tournent pour cette nouvelle chronique du tome 3 d’Aztèques, que je vous laisse découvrir ici.

« Oh, qu’elle a du courage et de la détermination, cette belle Ameyal !… Je ne me lasse pas de découvrir ses aventures au fil des tomes… D’ailleurs, ce troisième opus est à la hauteur de ses prédécesseurs : il est aussi addictif, dépaysant et insolite ! Je suis vraiment surprise de voir à quel point la série ne s’essouffle pas et continue d’être de qualité ! Souvent, certains tomes d’une saga sont plus ou moins bons et on peut constater que l’on a une préférence pour tel ou tel opus… Mais là, je dois reconnaître ne pas avoir de favori. Chaque volume est différent et transporte le lecteur dans une toute autre ambiance, ce qui fait que l’on ne se lasse pas.

Dans « La croisée des mondes », on va de nouveau partir à la rencontre des concubines d’Ahuizotl, le Maître du Harem. Ameyal a beau avoir été sélectionnée, son quotidien est toujours aussi rude, puisque les autres prétendantes sont véritablement fourbes, manipulatrices et mauvaises. Tous les coups sont permis pour s’attiser les faveurs ou l’attention du Maître. de ce fait, à peine la belle aux yeux de jade a-t-elle pris possession de ses nouvelles fonctions qu’on la menace de mort ! le moindre mauvais pas est pointé du doigt afin de la faire tomber en disgrâce. La pauvre demoiselle doit donc poursuivre ses objectifs lentement et avec prudence, comme si elle était en train de marcher à travers un nid de vipères… Elle va d’ailleurs apprendre à ses dépens que ses quelques alliés ont de multiples facettes… Quoi qu’il en coûte, elle doit continuer d’être vigilante. Certains rebondissements m’ont d’ailleurs surprise ! Je ne pensais pas qu’il se passerait tout cela, notamment en ce qui concerne Citlalin, Nicté et Vent de la forêt (qui est un fort bel homme si on en croit la superbe couverture !). Prise dans ma lecture, je n’ai cessé de m’inquiéter pour Ameyal qui a vraiment le chic pour s’attirer tous les ennuis. Par le passé, Eric Costa a su prouver au lecteur que tout n’était pas rose et que ses personnages pouvaient souffrir et garder des séquelles de ces nombreux sévices… J’étais donc terriblement anxieuse lorsque certains événements arrivaient… Sans parler du Maître qui est loin d’être un époux tendre et patient…

Ameyal va devoir se surpasser et prouver sa valeur. Son évolution est très agréable à suivre. En effet, malgré les péripéties qui ont perturbé sa route, la jeune femme ne perd pas de son mordant. Elle est toujours aussi vive d’esprit, rusée, dynamique, rebelle et investie. Si quelqu’un se dresse devant elle, elle n’hésite pas à lui faire face, à l’affronter ou à trouver le moyen de le faire tomber. À présent, elle ne rechigne plus à faire comme les autres : s’il y a un coup bas à réaliser, du chantage à faire ou une révélation à clamer haut et fort pour ne pas sombrer, elle le fait. Elle a très bien compris les règles des lieux et sait pertinemment qu’il ne faut pas se laisser faire si elle ne veut pas subir le pire. Ses rivales Izelka et Xalaquia auront beau lui en faire voir de toutes les couleurs, la demoiselle a appris à plus ou moins se défendre… Hélas, il ne faut pas oublier que le destin sait parfois se montrer cruel : à trop jouer, le papillon peut se brûler les ailes…

Les différents protagonistes sont toujours aussi nombreux. Il est aisé de se perdre, surtout si vous n’enchaînez pas forcément les tomes. Heureusement, l’auteur a listé tout le monde ainsi que leur fonction en fin de roman. Il a également proposé divers proverbes, remis les lois du harem et intégré un lexique. C’est un véritable outil qui permet au lecteur d’effectuer une petite piqûre de rappel ou qui peut aider à la compréhension. Ces personnages gravitant autour d’Ameyal sont toujours aussi intéressants. J’ai beaucoup aimé creuser leur personnalité, découvrir certains de leurs secrets ou voir leur comportement face à quelques retournements de situation. La mystérieuse prêtresse Eau Vénérable, la sulfureuse Macoa et les principales rivales de l’héroïne sont les protagonistes ayant retenu le plus mon attention.

Le rythme du récit est toujours aussi fluide. Ponctuellement, de nouveaux rebondissements viennent troubler la tranquillité du harem, ce qui fait que l’on passe aisément de simples conversations à de l’action et à des scènes tournant autour d’un jeu de Pouvoir. Alliances, trahisons mortelles, jalousies, violences et mensonges règnent toujours en maîtres derrière les murs de la bâtisse. La tension est palpable et toujours présente au fil des chapitres, ce qui pousse le lecteur à ne jamais ressentir d’ennui. Et que dire de ces dernières pages qui bouleversent tout ? Je ne sais pas pourquoi mais, dans mon esprit, Aztèques était une trilogie… La belle erreur ! Cette rencontre ultime et le choix final d’Ameyal redistribuent les cartes du jeu ! L’intégration de Vent de la forêt et de son groupe annonce une nouvelle ambiance pour le prochain tome… Je suis vraiment curieuse de voir quelle direction va prendre le scénario. Nul doute que cela restera sombre, réaliste, dépaysant et prenant, comme le reste de la série. Un petit bijou de l’auto-édition ! Merci encore à Eric Costa pour l’envoi de son roman et félicitations pour cette incroyable aventure aussi immersive que palpitante.

Citations :

L’ignorance est à la base des plus graves erreurs.
.
—————
.
Étrange chose que la nature. La source la plus douce peut jaillir de la surface la plus raboteuse.
.
—————
.
Les visages que tu vois bavarder, déjeuner, rire, boire, reprend Macoa, ne sont rien de plus que des masques. Certaines femmes du harem sont prêtes à marcher sur les autres pour avancer et gagner une parcelle de pouvoir. D’autres dissimulent leur peur derrière leur sourire éteint. En vérité, deux clans s’affrontent à coups de mensonges, chantages et autres manipulations. La harem est le siège d’une guerre sans fin. »

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s