Nouvelle couv d’Aztèques : Harem

Un changement de couverture est un sujet très délicat, et je préfère prévenir de suite, certains préfèreront la nouvelle couverture, et d’autres préfèreront l’ancienne, que voici :

Aussi, dans ce billet, je vais vous expliquer pourquoi j’ai décidé d’en changer, et ce qui peut intéresser ceux d’entre vous qui sont auteurs auto-édités, comment nous avons construit ensemble cette nouvelle couv.

Lorsque Guillaume Petit-Jean, mon coach, m’a parlé d’un ami à lui qui souhaitait devenir illustrateur, je me suis dit que j’allais le contacter pour mes couvertures. L’écriture étant une activité solitaire, qu’y a-t-il de mieux que de partager son travail avec quelqu’un qui se lance lui aussi ?

J’ai donc contacté Julien Lesne et nous avons discuté. Nous nous sommes très bien entendus. Il faut dire qu’un détail a facilité les choses : Guillaume lui avait offert Aztèques : Harem et il avait aimé. Il était très motivé pour en faire la couv.

Julien m’a donc proposé plusieurs drafts qui nous ont permis d’affiner nos idées. Dans l’ancienne couverture, Ameyal était (des)habillée en guerrière sexy, elle se tenait debout devant la jungle avec une lance stylisée à la main. Elle était belle et attirante, son regard énigmatique invitait à la rencontre, mais l’image était bien trop statique par rapport à l’histoire.

Aztèques : Harem est une véritable course contre la montre. La mort peut frapper à chaque instant. Il fallait que le personnage d’Ameyal illustre cette idée. Nous avons donc décidé de la montrer de face, comme si elle courait vers le lecteur, un couteau d’obsidienne dans les mains, ce qui correspond à la fois à la course d’Ameyal pour retrouver son père lors de l’attaque de son village, et au moment où elle tente de gagner le palais de Sept serpents, sur la grand-place de Teotitlan, afin d’être affranchie comme le permet la tradition Aztèque.
Pour augmenter l’impression de vitesse et de précipitation, Julien a proposé d’incliner l’horizon.

Ensuite s’est posée la question de l’arrière plan, et nous avons très vite opté pour les pyramides et les pictogrammes pour symboliser le monde Aztèque. Mais ce n’était pas tout : il nous fallait un ou une antagoniste. Nous avons tour à tour pensé à Celle qui s’habille de sable ; la favorite, à Tene ; la mère du Maître et donc Maîtresse du harem, à Coatzin ; l’imprévisible seconde épouse.
Finalement, nous avons opté pour un personnage masculin, le prêtre de Tlaloc (dieu des tempêtes), pour plusieurs raisons. D’abord, la présence du masculin, opposé au féminin, permet d’établir une polarité. Ensuite, Ameyal rencontre le prêtre de Tlaloc à deux reprises : lors d’une cérémonie le jour de son arrivée à Teotitlan, et lors de la cérémonie rendue à Tlaloc lorsque la pluie revient à Teotitlan, c’est à dire à deux moments clés de l’histoire. Et ce prêtre, représenté selon une structure pyramidale, symbolise la grande pyramide de Teotitlan, c’est à dire la ville elle-même, et ses deux mains levées au ciel représentent la puissance, l’emprise, le fanatisme à l’égard de cette religion omniprésente qui régit le monde Aztèque.

Pour les couleurs, nous avons opté pour un gris crépusculaire, qui évoque la tempête qui se lève à la fin du roman, ainsi que le rouge qui symbolise le soleil couchant, les flammes qui dévorent le village d’Ameyal et le sang qui coule, témoin des sacrifices comme des violences qui régissent la civilisation Aztèques.

Enfin, vous pouvez voir un aigle voler dans le ciel. Il symbolise l’espoir, et évoque la lignée royale d’Ameyal en tant que fille de l’Aigle, destinée à s’envoler elle-aussi. En effet, comme le lui a prédit le devin Collier d’étoiles, sa destinée n’est-elle pas de commander aux hommes ?

Voici donc le résultat :

Pour conclure, je dirais que je suis très heureux de travailler avec Julien. Quelqu’un qui a été emporté par l’histoire d’Aztèques et qui est motivé pour illustrer toutes les saisons de la série. Que pourrais-je demander de plus ?

Nous sommes en train de préparer la couverture de mon nouveau roman : La Croisée des Mondes, et je trouve que son pinceau s’améliore chaque jour. Les drafts qu’il m’a envoyés nous permettent de réfléchir aux symboles que nous voulons y placer, et ce qui est encore plus magique, c’est qu’en discutant ensemble, nous réalisons que le texte nourrit son dessin et que son dessin nourrit le texte.

Pour en savoir plus sur Julien :
Après dix ans dans l’administration, Julien décide de tout arrêter pour vivre de sa passion : le dessin. Il se forme pendant deux ans, et signe sa première couverture de roman en 2017. Depuis lors, il travaille comme illustrateur et développe d’arrache-pied son premier projet BD en tant que scénariste et dessinateur. https://lloyken.artstation.com

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout 😀
J’espère que ce billet vous a apporté. N’hésitez pas à liker ou poster un commentaire sur votre expérience personnelle.

3 réflexions sur “Nouvelle couv d’Aztèques : Harem

  1. Corine

    Je préfère aussi cette couverture , c’est plus dynamique , j’avoue qu’elle m’accroche plus que la précédente , bonne décision , c’est important …A bientôt pour Aztèques 2 …bon courage.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s