Comment créer de bons personnages en utilisant des archétypes (2/2)

Un personnage est un être imaginaire capable de suggérer l’amour, l’empathie, parfois même l’antipathie. En tant que vecteurs d’émotions, les personnages sont les pièces maitresses d’une histoire. Comment faire en sorte que vos personnages entraînent les lecteurs avec eux dans l’histoire et leur fassent vivre des émotions ?

comment créer de bons personnages

Comme nous l’avons vu la semaine dernière, ‘une des voies possibles pour créer de bons personnages de fiction est l’utilisation d’archétypes. Un archétype est un modèle que nous connaissons tous, et qui permet de savoir rapidement à qui nous avons affaire. L’avantage des archétypes est qu’ils s’adressent directement à l’imaginaire et permettent aux lecteurs de se représenter un personnage très facilement.

Pour créer un personnage, l’idée est de partir d’un archétype et de le rendre vôtre pour raconter une histoire unique. Suite des explications de la semaine dernière.

Plan :
Partie 1/2 (semaine dernière)
1) Partir d’un archétype : un modèle que nous connaissons tous, et qui permet de savoir rapidement à qui nous avons affaire
2) Vous approprier votre archétype en le rendant unique
Partie 2/2 (vue ici)
3) Définir l’arc dramatique de vos personnages
4) Rendre votre protagoniste attachant
5) Rendre votre héros pro-actif

3) Définir l’arc dramatique de vos personnages :
Quelque soit son archétype, le protagoniste principal devra avoir une trajectoire d’évolution. Il vous faut définir ce qu’il apprend de son aventure. Par exemple, si vous utilisez l’archétype du héros, vous devez tout d’abord nous montrer sa faiblesse (sa faille). Cela peut-être un manque de confiance en lui, un blocage qui l’empêche de se réaliser totalement, un manque d’amour… tout est possible. Gardez simplement à l’esprit que cette faille est directement reliée à son besoin de changement et donc à la thématique de l’histoire.
Plus cette faille sera grande, plus il aura de mal à atteindre son objectif, et plus nous serons avec lui !

4) Rendre votre protagoniste attachant :
Quelque soit votre protagoniste, il faut qu’il nous donne envie de connaître son histoire, et de savoir s’il va atteindre son objectif.
Attention au manque d’empathie : les lecteurs doivent être en mesure de voir le monde à travers les yeux de votre personnage principal, et il vous incombe d’établir les raisons pour lesquelles ils s’attachent à lui. Sans empathie pour lui, il sera difficile au public d’être en contact avec votre protagoniste et de ressentir des émotions. Ils resteront à côté de l’histoire. Cela ne veut pas dire que votre personnage doit être sympathique à tout moment, mais vous devez le connecter d’une manière ou d’une autre avec son public.

Comment rendre un personnage plus attachant ?
Une excellente manière rendre un personnage attachant est d’utiliser des adjuvants (aides). Si quelqu’un s’inquiète pour votre personnage, l’admire, le jalouse, le craint, etc., le public utilisera ce « relais » pour se connecter à lui. Par exemple, dans Training Day, Ethan Hawk est montré aux côtés de sa femme enceinte avant son premier jour de travail. Cette scène a été travaillée pour que le public ait envie de le voir rentrer chez lui retrouver cette personne qui a besoin de lui.
Une autre façon de rendre votre personnage attachant est d’utiliser son antagoniste. Plus l’antagoniste sera affreux, plus votre protagoniste sera valorisé ! Même si votre personnage est antipathique ou mauvais, en créant un méchant encore pire que lui nous donnera envie de voir l’anti-héros triompher. Ainsi, dans Star Wars, quand Dark Vador s’oppose à l’empereur, nous sommes avec lui. De même dans Le silence des agneaux : quand le Dr. Lecter s’oppose à l’écorcheur, nous sommes avec lui !

5) Rendre votre héros pro-actif :
Attention à la passivité : votre protagoniste doit être actif car c’est lui qui mène l’histoire. Même si vous en faites un personnage qui subit son destin au départ, il faudra qu’il prenne les choses en main et se montre proactif pour atteindre son objectif. Même s’il a besoin qu’on le force un peu ! Ainsi, dans Labyrinthe, le protagoniste ne se prend en charge que lorsqu’il décide de sauver l’un des « coureurs » et se retrouve prisonnier du labyrinthe.

Conclusion générale :
Pour que vos personnages entraînent les lecteurs avec eux dans l’histoire et leur fassent vivre des émotions, ils doivent être construits de manière raisonnée. En passant par les archétypes, vous vous adresserez directement à l’inconscient des lecteurs qui seront plus à même de se les représenter. Il vous faudra ensuite vous approprier ces archétypes en leur donnant une ou plusieurs caractéristiques qui rendent vos personnages uniques. Trouver leur faille vous permettra de bénéficier de plus de ressorts dramatiques et d’offrir à vos personnages un grand arc d’évolution permettant aux lecteurs de s’attacher à eux. Il faudra enfin qu’ils se montrent proactifs pour nous entraîner aussi loin que possible dans leurs aventures !

Retour d’expérience :
Personnellement, je trouve ces concepts intéressants à plus d’un titre. Ils permettent d’approfondir une œuvre en offrant une relecture du choix des auteurs et des réalisateurs. Par conséquent, on est mieux à même d’apprécier le travail et le génie de l’artiste. Ils permettent en outre d’approfondir la psychologie humaine en se posant des questions et en appliquant les réponses aux personnages pour les rendre plus vrais que nature !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s