The Prison Experiment T3 : chronique d’Evasion par les mots

 » Tout d’abord, je remercie Éric Costa pour ce service presse.

Mais quel plaisir de pouvoir découvrir le dernier volet de la trilogie de « The Prison Experiment ». Je l’avais attendu avec impatience, et je ne fus absolument pas déçu. J’ai été conquise par chacun des tomes de la trilogie, et le dernier sera encore un coup de cœur. Dès les premières pages, Éric Costa nous plonge dans la suite de ce thriller psychologique. Une fois notre lecture commencée, difficile de s’en détacher. Les actions, rebondissements et énigmes sur fond de mythologie grecque nous maintiennent en haleine jusqu’à la fin. Et quelle fin !! … Comme pour les 2 premiers opus, l’histoire se déroule en alternance sur plusieurs scènes, chaque chapitre étant dédié à l’une d’elles.

***

Nous reprenons l’histoire à la suite du précédent tome. D’un côté, vous aviez Elena et Jackson qui avaient réussi à fuir les Piégeurs, et de l’autre, l’arrivée du Colonnel Maximus avec sa section, pour investir et extraire les personnes se trouvant dans l’Oeuvre.

Si vous souhaitez vous rafraîchir la mémoire sur les acteurs de cette aventure, vous trouverez une galerie des personnages à la fin du livre.

 

***

Donc, nous poursuivons cette aventure au travers de 3 points de vue.

D’un côté, nous avons ElenaJackson et Lasios qui poursuivent leur quête, à savoir, retrouver Dédale. Mais pour cela, ils doivent d’abord résoudre l’énigme laissée par celui-ci.

Et ces recherches ne cessent de rappeler à Elena son enfance et lui donne l’impression que les réflexions auxquelles son père l’a confrontaient, pendant celle-ci, n’avaient comme but que de la préparer à cet instant. Elle va se poser beaucoup de questions, sur sa vie, la société… Elle va souvent douter de ses capacités, les embûches rencontrées l’affaiblissant toujours un peu plus. Arrivera-t-elle à former une équipe avec ses 2 partenaires afin d’atteindre cet architecte ?

***

Puis, nous continuons de découvrir des passages du journal de Josh T. Arthar. Ce qu’il est devenu après la fin de son business, quelles ont été les répercussions sur sa vie carcérale et les corruptions rencontrées. Quel a été son combat afin de survivre alors qu’il n’avait plus rien …

Son journal représente tout pour lui. Autant une preuve de son existence et de ce qu’il y vit, qu’une trace de sa vie.

***

De l’autre, nous retrouvons le colonnel Maximus et son équipe qui se préparent pour leur intervention dans l’Oeuvre, suite aux révélations d’Epstein dans les médias. Son équipe a été choisie afin de rebâtir une image de marque. Autant dire qu’ils n’ont pas intérêt à louper cette mission. La CIA n’attend qu’une occasion pour les décrédibiliser, en plus d’être dans la ligne de mire des médias et d’une grande partie de la population. Mais ne vont-ils pas trop présumer de leur force ? Toute la technologie qu’ils auront en soutien sera-t-elle à la hauteur pour contrer les obstacles que le Maître va mettre sur leur route ? Sans compter le danger que peut représenter les Piégeurs ou les Traqueurs, et que penser des Bâtisseurs ?

Même si Epstein a essayé de les préparer à ce à quoi ils allaient être confrontés, la réalité était loin de l’image qu’ils avaient pu s’en faire…

Et sans plan, comment réussir une mission ? Le Viêt Nam l’a prouvé : la plus grande armée au monde ne peut rien, si elle avance à l’aveugle. Que peuvent-ils envisager avec des données parcellaires ? Comment les exploiter pour explorer ce labyrinthe en sécurité ?

***

Les personnages :

  • Elena Grinberg est une des survivantes du groupe des mercenaires engagé pour sortir Dédale de l’Oeuvre. Elle avait été engagée, car c’est une experte en cyber sécurité ainsi qu’une championne en escalade. C’est une personne au fort caractère, qui ne se laisse pas marcher sur les pieds. Elle a un grand manque de confiance en elle, et les épreuves auxquelles elle va devoir faire face ne vont pas l’épargner. Sera-t-elle assez forte pour se sortir de cette « mauvaise situation » ?

  • Agellos Epstein était un des experts, un psychosociologue, engagé pour étudier les prisonniers dans l’Oeuvre. Il avait profité de l’infiltration des mercenaires pour prendre la fuite, puis divulguer à la presse ce qu’il s’y passait.

  • Jackson Redback, agent de la CIA dans une section d’élite, survivant d’un précédent raid. Dans l’Oeuvre, il n’appartient pas à une faction, c’est un explorateur.

  • Anthanasio Kostas est l’architecte de l’Oeuvre. Il se fera appeler Dédale, mais sera aussi connu sous le nom de « Maitre ». C’est un personnage énigmatique. Pourquoi s’est-il exilé dans cette prison ? Quel est son but ?

  • Colonel Leopold J. Maximus est le chef de la section Alpha. L’unité qui sera en charge de récupérer toutes les personnes encore vivantes de cette prison. C’est un homme d’honneur et ses hommes le suivraient au bout du monde. Mais que va-t-il en être face à l’univers auquel ils allaient être confrontés ?

  • Angel Sinoas (ou Lestrygon) est le Roi des Piégeurs. D’après Elena, il a quelque chose de terriblement repoussant et envoûtant à la fois.

[…] quelque chose d’étrange, de glacial et de fascinant émane de sa personne, qu’une sorte de magie malsaine et redoutable entoure comme une ombre.

***

L’écriture soignée et claire d’Éric Costa permet au lecteur d’entrer facilement dans le roman et d’enchaîner les pages sans s’en rendre compte. Vous allez enfin avoir les réponses à toutes les questions, et que dire de cette fin originale… Son style est agréable et efficace. Une histoire captivante, au souffle puissant qui nous emporte dans un univers troublant et angoissant. Tous les ingrédients du genre sont réunis pour en faire une nouvelle réussite, en plus de l’univers abordé et cette atmosphère insolite.

Une lecture addictive. J’ai adoré toutes ces références mythologiques, les réflexions qui nous sont proposées. Éric, je te souhaite autant de réussite que Epstein. Et franchement, cette trilogie ferait un superbe film.

Je vous recommande vivement cette lecture, et si vous ne la connaissez pas encore, foncez découvrir le 1er tome de « The Prison Experiment ».

 » Un grand merci à Evasion par les mots pour cette chronique qui me va droit au cœur !

The Prison Experiment :

« Zone 51, désert du Nevada.
Un dôme immense, à la peau cuivrée, se dresse tel un monstre sous les étoiles.
Son nom : « L’Œuvre », prison expérimentale secrète dotée d’une intelligence artificielle.
Nul ne sait ce que recèle l’édifice depuis que la CIA en a perdu le contrôle. Que sont devenus les 5300 détenus, livrés à eux-mêmes après sept ans d’abandon ?
Un commando de douze hommes et une femme pénètre en secret dans ce labyrinthe mortel.
Leur mission : retrouver Dédale, son architecte, à n’importe quel prix.
Elena, hackeuse surdouée, compte bien percer les mystères de l’Œuvre. Elle ignore que cette mission l’emportera au-delà des illusions, face à ses peurs les plus folles, dans les tréfonds de l’âme humaine. 
Son génie peut les sauver… ou les tuer.
Jusqu’où l’homme peut-il aller pour survivre ? »

#theprisonexperiment #thriller #thrillerpsychologique #tome3 #trilogie #dystopie #anticipation #amazonkdp #kdpfrance #kindledirectpublishing #livre #livrestagram #livreaddict #instabooks #bookstagram #authorsofinstagram

Une réflexion sur “The Prison Experiment T3 : chronique d’Evasion par les mots

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s