Aztèques : La Croisée des Mondes : chronique de Claire Marquez

Je remercie Claire Marquez pour cette chronique de La Croisée des Mondes !

« Le monde des aztèques nous parle au travers de Christophe Colomb et de la série des Mystérieuses cités d’Or. Mais cette civilisation à la fois terrible et fascinante est passionnante et il est bien dommage de l’aborder par le petit bout de la lorgnette.
Eric Costa ne nous propose pas de nous expliquer la vie telle qu’elle se déroulait avant l’arrivée des colons, il nous transporte dans ce monde (avec certes des prénoms de personnages impossibles à prononcer à voix haute sans cours renforcés de langue aztèque !) !
Son personnage d’Ayemal se bat depuis le pillage de son village et la mort de son père (à retrouver dans le premier opus des aventures d’Éric Costa : Aztèques ), gardant en toute situation la tête haute et la dignité intacte. La force de cette jeune femme relègue loin les super-héroïnes décrites dans la littérature ou le cinéma contemporain. Rien ne l’arrête, rien ne la freine, et son objectif la tient droite en toute circonstance.
Après s’être battue pour sortir de son statut d’esclave dans le deuxième tome, elle atteint le statut de concubine pour tenter s’échapper à sa condition.
On tremble à nouveau, fasciné par les nombreux rebondissements qui bouleversent le chemin de la jeune femme au Regard de jade, tantôt persuadé de sa chute à venir, tantôt certain de sa victoire, mais toujours renversé par l’invention de cet auteur prolixe.
Reste toujours un amour terrible d’Éric pour son Ayemal, pour la femme en général, une femme puissante, souvent plus forte que les hommes, décrits comme vils et à l’esprit bestial.
Les couleurs vous brûlent les yeux de leur acuité, et les parfums de musc, de fleurs, de fruits et de gibier vous emportent les sens. Cet art vous frappe à chaque lecture et vous replonge dans l’histoire comme si vous ne l’aviez jamais quittée !!
La sensation d’enfermement est oppressante et la lecture tellement juste que le voyeurisme dont vous vous sentirez coupable donnera vie aux lettres qui danseront devant vos yeux.
Une progression dans l’histoire qui fait résonner votre palpitant et une fin dans laquelle on enlace la fille aux yeux verts pour lui donner encore plus de courage.
La richesse du panorama des écrivains français nous réjouit chaque jour, et quand elle s’additionne à une offrande sur l’histoire, le cadeau ne se refuse pas, il se diffuse !
Découvrez au plus vite cette histoire, et refermez la comme moi en retrouvant tous les détails dans la couverture 😉 »

Et vous, irez-vous découvrir le harem d’Ahuizotl ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s