Peut-on massacrer des milliers de gens et devenir héros national ?

Le concept de ma série « Aztèques » est de prendre le contre-pied des histoires de princesses traditionnelles de type « Walt-Disney ».
Le thème de la série étant « le pouvoir », je me devais d’explorer l’une de ses facettes, à savoir « la prise de pouvoir exige des actes extrêmes », ou encore « la fin justifie les moyens ». L’idée selon laquelle on peut accéder aux plus hautes sphères de ses désirs à conditions d’être prêt à tout pour cela. Cette facette du thème sera illustrée par l’un des personnages de la série.
Je suis donc allé faire un petit voyage dans l’Histoire. Et je suis allé chercher l’inspiration dans la vie de femmes qui ont pris le pouvoir de manière plus ou moins violente dans l’histoire de l’humanité.

L’une d’entre elles se nomme Boudica.

boudica
Boudica prend le pouvoir de la tribu britannique des Iceni à la mort du roi, son mari. À cette époque, Rome contrôle la Grande-Bretagne, et les Iceni se sont volontairement alliés à eux. Lorsque le roi meurt, il est prévu que la moitié de ses biens vont à l’empereur romain, et l’autre moitié à sa famille. Mais les romains décident de changer ces règles :

• Ils ne reconnaissent pas la prétention de Boudica au trône parce qu’elle est une femme.
• Ils réclament tout l’argent du défunt roi.
• Ils exigent la majorité des terres Iceni.
• Ils flagellent Boudica en public.
• Ils violent ses deux filles.

Je vous laisse imaginer que la suite de cette histoire ne s’annonce pas de bonne augure pour les Romains.

En effet, Boudica lève une foule et marche sur la ville voisine de Camulodunum. Plusieurs erreurs romaines jouent en sa faveur :

• Camulodunum a démantelé ses propres défenses afin que les habitants puissent construire des maisons.
• Les romains ont surtaxé tous les voisins.
• Tout l’argent recueilli est allé à la construction d’un temple fantasque.

Lorsque les Romains apprennent qu’une barbare barbare se lève contre eux, ils en rient et envoient 200 soldats pour l’arrêter. Les 120 000 hommes rassemblés par Boudica rient également en massacrant tous les romains.

L’expérience se répète dans deux autres villes, y compris Londinium. En cours de route, l’armée de Boudica, qui est devenue une véritable ville ambulante de plus de 230 000 hommes, massacre une légion romaine et 70 000 civils. Elle devient alors le pire cauchemar de Rome.

Pour comprendre à quel point tout cela est terrifiant pour Rome, attachons-nous à certains détails du soulèvement de Boudica :

• Ses hommes coupent les seins des romaines, les cousent à leur bouche, suspendent les corps ou les plantes sur des lances.
• Ils décapitent les gens par principe religieux. Ils embaument les têtes de leurs ennemis et les exposent sur des chars. Les autres sont jetés dans les rivières (on en retrouve encore à ce jour).
• L’Empire romain est immense. Une foule de civils qui massacrent les légions romaines augmente les possibilités de soulèvements des provinces conquises.

Malheureusement, le succès de Boudica, en grande partie basé sur la surprise, ne dure pas longtemps. Confrontés à des soldats romains retranchés, les Iceni s’effondrent. 15.000 Romains parviennent ainsi à détruire l’armée massive de Boudica, tuant 80.000 hommes. L’armée boudicane était si certaine de sa victoire qu’elle a commis l’erreur d’emmener les familles sur le champ de bataille. C’est en s’attaquant aux familles que les Romains gagnent la partie.

Personne ne sait comment Boudica a disparu. Certains supposent qu’elle a été empoisonnée, d’autres qu’elle a été tuée dans la bataille. Son histoire a été oubliée pendant des siècles, jusqu’à la redécouverte de documents rédigés par des historiens romains. Suite à cette découverte, elle est devenue héroïne nationale de Grande-Bretagne, apparaissant dans les manuels, les statues et les films. Boudica représente pour beaucoup l’image de l’héroïne vengeresse, malgré ses actions décriées comme la décapitation religieuse.

Découvrez comment une jeune esclave victime d’une razzia se bat pour survivre et faire sa place dans Harem, le premier tome de ma série « Aztèques ».
Si cette histoire vous a plu, aimez-la et partagez-la !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s