ACCUEIL

NOUVEAU ROMAN : AZTÈQUES : LA CROISÉE DES MONDES

Synopsis :
« Teotitlan, 1517,

Ameyal, fille de chef téméraire, fière et impulsive, est enfin admise comme concubine.
Le rêve qui se cache derrière son regard de jade : s’évader du harem d’Ahuizotl, le monstre aquatique.
Mais pour y parvenir, elle devra payer le prix.

D’un côté, la liberté et la vie. De l’autre, la mort ou la prison. Entre les deux, un parterre de fleurs sublimes et vénéneuses.
Des rivales et ennemies qui ne lui laissent aucun répit.
Un Maître qui la poursuit.
Une alliée folle de désir.
Une déesse qui l’a choisie pour servir d’obscurs desseins.
Comment s’échapper de cette cage dorée ?

Laissez-vous emporter dans un grand voyage, un ailleurs et un autrefois caché au sein d’une civilisation aussi fascinante qu’effrayante.  »

Extrait :
« Regard de jade.
Ameyal savoure ce nom qui est le sien sans vraiment l’être. L’air pur de l’extérieur soulève ses cheveux et la conversation résonne en elle à nouveau. Ainsi, non contente de la vouvoyer et de la servir, celle qui auparavant était sa Maîtresse tente désormais de la flatter.
Necahual, toutefois, se trompe sur un point. La différence entre la théorie et la pratique est une chose à laquelle elle se sent déjà familiarisée. Il s’agit même de la raison pour laquelle elle a prétexté vivre dans le cadre des Lois.
Or, comme le dit Xalaquia, à quoi la Loi sert-elle, si ce n’est pour dominer les faibles et protéger les forts ? Quel est son but, si ce n’est d’être outrepassée ? N’est-ce pas justement ce qui donne le sel à la vie ?
La jeune fille serre le poing. Quelques gouttes de sang s’écoulent de ses doigts, mais qu’importe. Elle sera bientôt guérie. Non, elle ne va pas se contenter de faire plier les règles, comme le font les quelques femmes qui composent la main droite du harem.
Elle va les tordre jusqu’à ce que le Maître lui donne ce qu’elle veut. »

Chroniques :
— Les Chroniques de Laurent : « Appelé à devenir un classique et pour le moment, une trilogie inoubliable, une valeur sûre. »
— Collectif B : « Tous nos sens sont mis à contribution. On se perd au-delà des frontières, dans un espace-temps lointain incroyable, on oublie tout ce qui nous entoure. On accompagne Ameyal avec délectation dans son épopée, dans sa quête de liberté.
La plume claire et limpide d’Eric Costa nous enchante toujours autant, si ce n’est de plus en plus (…), il se crée une addiction définitive et irrémédiable à son héroïne. Une trame narrative pensée et réfléchie, rien n’est laissé au hasard, un réel plaisir de lecture. »
— Claire Marquez : « On tremble à nouveau, fasciné par les nombreux rebondissements qui bouleversent le chemin de la jeune femme au Regard de jade, tantôt persuadé de sa chute à venir, tantôt certain de sa victoire, mais toujours renversé par l’invention de cet auteur prolixe. »

COMMANDER